Aujourd'hui, j'ai appris un truc.

atlas_abr_g__des_nuages_r_duitEt oui, j'avais la tête dans les nuages ... et comme j'étais à la bibliothèque municipale de ma bonne ville, section jeunesse (adapté à La Sasson), l'"Atlas abrégé des Nuages" (éditions Moure) m'a choisie pour être la première à l'emprunter (vous ne le saviez pas ?? c'est le livre qui choisit son lecteur et non l'inverse !).

Cumulus, stratus, cirrus, des mots qui roulent et restent longtemps en bouche mais qui ne signifient plus rien ou presque pour ma petite cervelle de citadine. Alors j'ai ouvert le livre et je suis tombée dedans ...

Luke_HowardTout d'abord, un peu d'étymologie. Pas très poétique certes mais très utile pour apprendre plus vite. C'est Luke Howard (météorologue britannique, ci-contre à gauche) qui a l'ingénieuse idée (1803) de donner des noms et définitions latins aux nuages qu'il étudie (à l'époque, c'est le latin qui est choisi pour sa portée internationale, maintenant c'est l'anglais ... arf).
Jean_baptiste_lamarck2Il est ainsi plus futé que notre Jean-Baptiste Lamarck national (ci-contre à droite) qui fut le premier à proposer une classification des  nuages (1802) ; il s'est bêtement contenté d'en parler en .... français, langue certes mirrifique et colonialement très répandue mais moins chic que le latin. Il s'est ensuite vengé en inventant la biologie (mot qui vient du grec, non mais sans blague) et la théorie des transmissions des phénomènes acquis ce qui, vous en conviendrez, est beaucoup plus important que donner des noms à de stupides nuages qui changent tout le temps.

goethe_imagegoethe_livreMais revenons à nos moutons (à poil laineux). Howard est ainsi devenu le Saint Patron de Météo France ; il peut aussi s'enorgueillir d'avoir été mis à l'honneur par Goethe lui-même qui, en plus d'être poète, romancier, dramaturge ou homme d'état allemand (n'en jetez plus), s'est aussi piqué de sciences diverses et variées et lui a consacré un ouvrage entier : "La forme des nuages d'après Howard".

Notre désormais ami Howard a donc établi la classification des nuages ; d'abord, 3 groupes :

  • Cirrus - du latin "filament" ou "boucle de cheveux" : nuages du niveau supérieur, d'aspect fibreux
  • Cumulus - du latin "monceau" : nuages du niveau moyen, séparés ou bourgeonnant
  • Stratus - du latin "étendu" ou "stratifié" : nuages du niveau inférieur

Ces 3 groupes sont ensuite divisés en 10 genres :

  • Cumulus et cumulonimbus (développement vertical - nuages convectifs) ;
  • Stratus, stratocumulus, altostratus, altocumulus, nimbostratus, cirrus, cirrocumulus, cirrostratus (développement horizontal, couches ou bancs).

Et maintenant, place au 7ème ciel !

Stratus - Nuage à base assez uniforme et assez basse (inférieure à quelques centaines de mètres) qui donne souvent du brouillard ainsi que de la bruine

Stratus_003

Stratocumulus - Gris ou assez sombre, étalé et peu peu épais, altitude entre 500 et 2500 m, composé de goutelettes d'eau, peut laisser apparaître le soleil de temps en temps

stratocumulus

Altostratus - altitude comprise entre 2000 et 5000 m, vaste couche grise qui laisse diffuser la lumière solaire sans ombre apparente au sol, généralement observé juste avant un front chaud

Nuages_Principaux_Alto_Stratus_02

Nimbostratus - Gris et sombre pouvant atteindre les 4500 m, annonciateur de mauvais temps
(Nimbus - du latin "nuage d'averse" : nuage en train de se condenser en pluie, grêle ou neige)

nimbostratus

Cumulus - Base du  nuage plate inférieure à 2000 m, épaisseur pouvant atteindre plusieurs kilomètres, contours nets

Nuages_Principaux_Cumulus_02

Espèces de cumulus : humilis (faible extension verticale et protubérances non marquées, généralement associés au beau temps), médiocris (extension verticale moyenne), congestus (extension verticale bourgeonnant et protubérances très marquées).

Cumulonimbus - Base du nuage inférieure à 2000 m mais très forte extension verticale pouvant aller de 8000 à 15000 m, à la forme typique d'enclume, générateur de phénomènes orageux, généralement annonciateur de très mauvais temps.

cumulonimbus_cloud_over_africa

Espèce de cumulonimbus : Mamatus (base à protubérances inversées, pendantes)

Altocumulus - situé entre 2000 et 6000 m, constitué de couches ou nappes de nuages blancs ou gris, souvent annonciateur d'orages ou de changement de temps (ma grand-mère disait : Ciel pommelé et femme fardée ne dure jamais longtemps).

altocumulus

Espèce d'altocumulus : lenticulaire (en forme de lentille plus ou moins étendue, contours bien délimités)

Cirrus - Situé entre 6000 et 12000 m, longs filaments blancs composés de cristaux de glace.
Ils prennent une couleur rosée voir rougeâtre au coucher du soleil

Nuages_Principaux_Cirrus_02

Cirrocumulus - situé à une altitude entre 5000 et 10000 m, en forme de fleur de coton (annonciateur de froid sans précipitations).

Nuages_Principaux_Cirro_Cumulus_01

Cirrostratus - fibreux et transparent, ressemble à un voile laiteux, situé à une altitude de 4000 à 12000 m, souvent annonciateur d'une dépression, créé parfois un halo autour de la lune ou du soleil (ma grand-mère disait : la lune boit, il va pleuvoir).

Cirro_Stratus_001

Je n'ai pas su où caser ce que disait aussi ma grand-mère, à savoir "Ciel rouge le matin, chagrin du pélerin" (il va pleuvoir dans la journée et tant pis pour toi si tu es à pied), alors comme je l'aime bien ce proverbe, je le mets là.

Allez, arvi'pâ !

Sources d'informations complémentaires :
-Meteo World et Phénomènes naturels où j'ai outrageusement pompé les photos et les explications
-Le latin et les nuages expliqués par Météo France
-Petit lexique des termes météorologiques où vous pourrez enfin savoir ce que signifie "nuage convectif"

c_est_tout_pour_aujourd_hui